#1 Une stratégie pour mettre fin au sans-abrisme à Bruxelles

Filip Keymeulen, Andrea Rea, Elisabetta Rosa et Mauro Striano

 

photo du dénombrement 2020 des personnes sans-abri à Bruxelles coordonné par Bruss'help
© Chloé Thôme / Bruss’help – Dénombrement 2020 des personnes sans-abri à Bruxelles coordonné par Bruss’help.

Strategie om de strijd aan te binden tegen dakloosheid in Brussel

A strategy to end homelessness in Brussels


Les BSI Position Papers reflètent les opinions, réflexions, recommandations des auteur·e·s qui n’engagent en aucune façon la responsabilité de Brussels Studies et du Brussels Studies Institute (BSI). Les auteur·e·s en assument l’entière responsabilité.


Le nombre de personnes sans-abri et mal logées continue d’augmenter à Bruxelles. En rendant particulièrement visibles les femmes sans-abri, les étrangers en séjour irrégulier et les personnes souffrant de troubles de santé mentale et d’assuétudes, la crise liée au COVID-19 a rappelé avec insistance le besoin de solutions immédiates mieux adaptées, plus humaines, et surtout l’urgence de sortir de l’urgence.

Lors du dernier dénombrement réalisé par Bruss’help le soir du 9 novembre 20201, un total de 5 313 personnes sans-abri ou mal logées a été comptabilisé en Région de Bruxelles-Capitale, dont 719 dormant dans l’espace public, 1 430 dans des centres d’urgence ou de crise et 498 hébergées par la Plateforme Citoyenne. Par rapport à 2018, 1 153 personnes supplémentaires (+ 27,7 %) ont été recensées, toutes catégories confondues. Cette augmentation est particulièrement prononcée pour les personnes hébergées dans les centres d’urgence (+ 102,3 %). Depuis le premier dénombrement mené en 2008, le nombre total de personnes comptabilisées a un peu plus que triplé. La pandémie de COVID-19 a contribué à cette augmentation, en aggravant notamment les conditions des personnes sans-abri les plus précaires et des migrant·e·s en transit, bloqué·e·s en raison de la fermeture des frontières. Derrière ces chiffres se cache une variété de profils, de besoins et de parcours qui nécessitent un accompagnement individualisé et des solutions adaptées.

Au cours des dernières années, la politique régionale a privilégié une approche par l’urgence pour faire face au sans-abrisme2. Les chiffres concernant la période 2008-2020 témoignent, en effet, d’une augmentation substantielle des places dans les centres d’hébergement d’urgence et d’une stagnation de la capacité des structures d’insertion telles que les projets Housing First combinant accès au logement et accompagnement3. Fin 2019, le ministre bruxellois de l’Action sociale, Alain Maron, présentait les grands axes du plan stratégique 2020. Caractérisé par une rupture avec la politique régionale antérieure, ce plan a comme objectif général la sortie du sans-abrisme de façon durable. Parmi les objectifs spécifiques figurent, entre autres, la lutte contre la perte du logement, la remise au logement assortie d’un accompagnement individuel prolongé – y compris via le Housing First – le soutien à des projets innovants et le renforcement des services de guidance et des maisons d’accueil4. La pandémie de COVID-19 et sa gestion publique ont bloqué cette dynamique.

La crise a poussé à innover socialement

La gestion publique du sans-abrisme durant la pandémie a été confrontée à de très nombreuses difficultés : rupture de la continuité des services publics, absence de la prise en charge de personnes dans la rue alors qu’un couvre-feu était imposé, absence d’accès à des ressources et des services essentiels (eau, toilettes, etc.). Toutefois, des fonds additionnels ont été débloqués par les autorités publiques et de nouveaux dispositifs d’hébergement d’urgence ont été expérimentés. Par ailleurs, une forte mobilisation et la collaboration entre les acteurs en charge du sans-abrisme ont permis l’expérimentation d’innovations sociales. Bien qu’elles soient nées comme réponse à la crise sanitaire, celles-ci présentent de nombreux avantages. Nous plaidons donc ici pour qu’elles soient poursuives sur le long terme.

Parmi ces dispositifs figure le logement dans des structures hôtelières gérées par des associations d’aide aux personnes sans-abri, des CPAS (Forest) ou des communes (Anderlecht et Saint-Gilles). Bien qu’il s’agisse d’une solution de crise, elle offre une meilleure qualité d’hébergement que les dortoirs classiques. En effet, les structures hôtelières ont permis d’offrir un hébergement continu, 24 heures sur 24, des logements plus spacieux avec des chambres individuelles, pour couples ou à partager avec un nombre limité de personnes, des salles de bain privatives et un soutien social sur place. Par rapport aux dispositifs d’urgence classiques, l’hôtel est une solution qui garantit l’intimité, le confort, un sentiment accru de sécurité et de bien-être psychologique et physique et, enfin, une forme d’autonomie. Cette solution fournit aux usager·ère·s un répit qui est fondamental parce qu’il offre l’opportunité de se reposer et de retrouver de l’énergie.

De plus, la stabilité ouvre la voie à la prise en charge des besoins les plus disparates sur le plan médical, administratif, familial, etc. Dans les hôtels gérés par des communes ou des CPAS, les personnes hébergées disposent d’un accès facilité aux démarches administratives, ainsi qu’à des logements de transit ou autres services. D’ailleurs, la participation d’acteurs tels que les communes et les CPAS, ainsi que le pouvoir discrétionnaire laissé aux travailleur·euse·s sociaux·ales, ont montré aux autorités locales une nouvelle façon de faire face au sans-abrisme, non plus axée sur la réduction des nuisances, mais plutôt sur l’inclusion sociale. En outre, les projets « hôtels » ont renforcé ou créé des nouveaux partenariats et encouragé des acteurs qui n’étaient pas habitués à le faire à coopérer, échanger des pratiques et adopter des solutions holistiques.

Le recours aux structures hôtelières s’est imposé comme une solution d’urgence de qualité tout en proposant une réponse à des besoins spécifiques, ce qui était structurellement absent auparavant. Selon les données de Bruss’help, 300 adultes sur les 401 hébergé·e·s dans les hôtels sont des femmes (75 %), alors que ces dernières représentent généralement 20 % de la population sans-abri et mal-logée recensée depuis 2008. Comme le soulignent des études, confrontées au sans-abrisme, les femmes recourent souvent à des mécanismes informels plutôt que de solliciter une aide sociale5. En raison de facteurs tels que le risque de violence sexiste ou la crainte que leurs enfants ne leur soient retiré·e·s par les services de protection de la jeunesse, les femmes sont plus susceptibles de chercher des solutions alternatives aux services d’aide aux personnes sans-abri – par exemple en ayant recours au couch-surfing ou en restant dans leur famille ou chez des ami·e·s6 – entrant ainsi dans la catégorie du « sans-abrisme caché ». Durant la crise sanitaire, les solutions d’hébergement chez des ami·e·s ou des proches ont révélé toutes leurs limites. Par ailleurs, le nombre de femmes victimes de violences domestiques s’est fortement accru au cours de cette période. Plusieurs services ont alors mis en place des dispositifs spécifiques pour les femmes, en montrant avec force la nécessité de solutions adéquates.

Si les structures hôtelières s’avèrent une solution de qualité, elles ont aussi quelques limites. Vivre dans un hôtel impose des contraintes telle l’acceptation de la vie communautaire, particulièrement difficile pour les personnes qui souffrent de problèmes graves de santé mentale ou d’assuétudes. Les travailleur·e·s des projets « hôtels » sont actuellement, pour la plupart d’entre eux·elles, sans formation adéquate pour traiter ces problématiques et avec des contrats de travail à durée déterminée. La réorientation vers des dispositifs adaptés est parfois un exercice éprouvant compte tenu de l’absence de places dans ces structures, conséquence néfaste de la réforme 107 à Bruxelles7 qui a conduit à une présence accrue des personnes en souffrance psychique ne pouvant plus être hébergées dans les services psychiatriques. En ce qui concerne les étranger·ère·s en séjour irrégulier, les hôtels ne permettent pas une régularisation de leur situation parce qu’ils·elles ne peuvent pas s’y domicilier. L’absence de services pour celles et ceux qui ne sont pas en ordre de séjour est criante. Ceci démontre la nécessité de continuer à ouvrir des logements même temporaires avec des accompagnements et avec la possibilité d’y être domicilié. Que ce soit pour l’obtention de certains droits sociaux, comme le revenu d’intégration sociale, ou pour l’obtention d’un titre de séjour, avoir un logement – de transit ou durable – offre la possibilité de disposer d’une adresse.

Travailler aussi sur les causes structurelles

Si la crise sanitaire a eu un impact considérable sur la précarisation des personnes déjà vulnérables, elle a aussi mis en évidence des éléments fondamentaux quant à la gestion du sans-abrisme. D’une part, les projets « hôtels » ont montré qu’il est possible de déployer des services d’urgence de qualité 24h/24. La possibilité offerte aux structures d’hébergement d’urgence de travailler nuit et jour a aussi montré ses avantages en termes de suivi administratif, médical et social des personnes sans-abri. D’autre part, il est clair qu’une stratégie sur le long terme doit nécessairement se baser sur une prise en compte des besoins et parcours des personnes sans-abri – tout en visant systématiquement des solutions de qualité (que ça soit du Housing First, des occupations négociées, des logements de transit, des maisons d’accueil, des hébergements d’urgence) – ainsi que sur des conditions de travail optimales pour les accompagnateur·trice·s. L’enjeu n’est pas seulement de prévoir un ensemble de solutions qui puissent répondre à des demandes disparates, mais aussi de renforcer et d’optimiser les services déjà existants qui offrent une possibilité d’insertion.

Au-delà de la vision sectorielle, la prise en compte des causes « structurelles » du sans-abrisme à Bruxelles reste fondamentale. La première cause tient à la précarisation socio-économique accrue de la population bruxelloise qui doit faire face à un manque de logement abordable. Comme d’autres villes en Europe sont en train de le faire, Bruxelles pourrait proposer un encadrement des loyers8 et un plan de réaffectation des espaces de bureaux appelés à se libérer si le télétravail devient une forme consolidée d’organisation des entreprises et des administrations publiques. La deuxième cause tient à la présence, parmi les personnes sans-abri, d’un nombre significatif de ressortissant·e·s européen·ne·s ou de pays tiers sans titre de séjour. Si les services d’aide aux personnes sans-abri requièrent des ressources supplémentaires pour renforcer le suivi juridique et résoudre une partie de ces cas, il est impérieux que des solutions structurelles soient aussi trouvées au niveau fédéral.


En savoir plus

KEYMEULEN Filip, 2021. De lockdown van maart 2020 bekeken vanuit het perspectief van een straathoekwerker. In : Integrale jeugdhulp, 01/2021, Cahier 15, pp. 49-61

QUITTELIER Benoit et HORVAT Nicolas, Personnes sans-abri et mal logées en Région Bruxelles-Capitale. In : Brussels Studies, Fact Sheets. No 140. 04/11/2019. Disponible à l’adresse : http://journals.openedition.org/brussels/3944

STRIANO Mauro, 2021. Le dénombrement des personnes sans abri et mal logées à Bruxelles. In : Le Combat Ordinaire. 11/05/2021. Disponible à l’adresse : https://lecombatordinaire.home.blog/2021/05/11/le-denombrement-des-personnes-sans-abri-et-mal-logees-a-bruxelles/

STRIANO Mauro, 2020. Le logement au rythme des gens – Housing First à Bruxelles. In : Le Combat Ordinaire. 16/12/2020. Disponible à l’adresse : https://lecombatordinaire.home.blog/2020/12/16/le-logement-au-rythme-des-gens-housing-first-a-bruxelles/

STRIANO Mauro, 2020. Bienvenue à l’Hôtel Solidaire. In : Le Combat Ordinaire. 19/08/2020. https://lecombatordinaire.home.blog/2020/08/19/bienvenue-a-lhotel-solidaire/

THÔME Chloé, À deux pas, Série de podcasts bruxellois sur le logement et les métiers confinés. Disponible à l’adresse : https://open.spotify.com/show/7LfX9KrwKEaW5Tjoyd2vkj?si=W8ZLTZkCRQ6i35HxRb3UfA


Auteur·e·s
 

Parallèlement à son rôle de travailleur de rue pour l’asbl Diogènes, Filip Keymeulen est aussi maître de conférences à la haute école Odisee. Il est l’auteur de plusieurs articles d’opinion. Son premier roman, Alhambra, est sorti l’an dernier. Le récit vous fait découvrir plusieurs personnages haut en couleur qui peuplent les rues de Bruxelles.

Andrea Rea est professeur de sociologie à l’Université libre de Bruxelles et membre du GERME. Il est l’auteur de Sociologie de l’immigration (Paris : La Découverte, 2021) et co-éditeur de The Refugee Reception crisis in Europe. Polorized Opinions and Mobilizations (Bruxelles : EUB, 2019).

Elisabetta Rosa est chercheuse post-doc à la Faculté LOCI de l’UCLouvain. Depuis 2017, elle coordonne le programme de recherche BRUMARG-Bruxelles à travers ses marges (Innoviris-Attract) et étudie l’habiter des personnes sans-abri à Bruxelles, avec une attention spécifique portée aux femmes.

Mauro Striano est conseiller à Bruss’help, où il s’occupe principalement de recherche, depuis mai 2020. Avant de travailler pour Bruss’help, il a été chargé de mission sur les questions migratoires, pendant presque 10 ans, à la Fédération des Associations Nationales Travaillant avec les Sans-Abri (FEANTSA).


Citer ce billet : KEYMEULEN Filip, REA Andrea, ROSA Elisabetta et STRIANO Mauro, 2021. Une stratégie pour mettre fin au sans-abrisme à Bruxelles. In : BSI Position Papers. no 1. 14/06/2021. Disponible à l’adresse : https://bsiposition.hypotheses.org/165


Notes
 


Cite this blog post
bsipositionpapers (2021, June 14). #1 Une stratégie pour mettre fin au sans-abrisme à Bruxelles. BSI Position Papers. Retrieved June 19, 2024, from https://doi.org/10.58079/m5ac

  1. HORVAT Nicolas et STRIANO Mauro, 2020. Dénombrement des personnes sans-abri et mal logées en région de Bruxelles-Capitale, Sixième édition, 9 novembre 2020. Bruxelles : Bruss’help. Disponible à l’adresse : http://www.brusshelp.org/images/Denombrement2020_vdef.pdf []
  2. MALHERBE Alain, MORIAU Jacques, ROSA Elisabetta et WAGENER Martin, 2019. La problématique du sans-abrisme à Bruxelles – limite de la gouvernance multiniveau dans l’application du principe de justice spatiale. In : Justice spatiale/Spatial Justice. 13/10/2019 Disponible à l’adresse : http://www.jssj.org []
  3. Les projets Housing First ciblent des personnes sans-abri cumulant précarité sociale, problèmes de santé mentale, assuétudes et affections physiques, à qui un logement individuel à loyer modéré est offert, ainsi que la possibilité d’un accompagnement psycho-médico-social : https://housingfirsteurope.eu/fr/le-guide/. À Bruxelles : http://www.housingfirstbrussels.be/projet-housing-first/ []
  4. Ces orientations ont été réaffirmées lors d’une séance plénière de l’Assemblée réunie de la Commission Communautaire Commune, le 19 mars 2021. []
  5. PLEACE Nicholas, 2016. Exclusion by Definition: The Underrepresentation of Women in European Homelessness Statistics. In : BRETHERTON Joanne et MAYOCK Paula (dir.), Women’s Homelessness in Europe. Londres : Palgrave Macmillan. Pp.105‑126 []
  6. FEANTSA, 2021. Guide for developing effective gender responsive support and solutions for women experiencing homelessness. Bruxelles : FEANTSA. Disponible à l’adresse : https://www.feantsa.org/public/user/Resources/resources/Guide%20supporting%20and%20solutions%20for%20women.pdf []
  7. CONSEIL BRUXELLOIS DE COORDINATION SOCIOPOLITIQUE (CBCS), 2015. DOSSIER : Psy 107, la réforme. Et puis ? Disponible à l’adresse : https://www.cbcs.be/DOSSIER-Psy-107-la-reforme-Et-puis []
  8. REY-LEFEBVRE Isabelle, 2021. Après Paris et Lille, plusieurs villes et intercommunalités réclament l’encadrement des loyers. In : Le Monde. 10/05/2021. Disponible à l’adresse : https://www.lemonde.fr/economie/article/2021/05/10/apres-paris-et-lille-l-encadrement-des-loyers-est-reclame-par-plusieurs-villes-et-intercommunalites_6079730_3234.html []
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search